Championnats de France d'Angers - Un final en apothéose | Fédération Française de Natation
Partager
Dimanche 29 Octobre 2023 - 20:15

Le dernier jour des championnats de France s'est terminé sous les meilleurs auspices avec de nombreux minima à la clé pour l'équipe de France. Au total, ils seront vingt à s'envoler à Otopeni, début décembre, pour les championnats d'Europe petit bassin. De quoi clôturer une belle édition pour les nageurs français, marquée par les triplés de Mewen Tomac en dos et Maxime Grousset en crawl, mais aussi par les performances XXL de Charlotte Bonnet, Béryl Gastaldello, du demi-fond français masculin et du dos féminin.

 

  • Mewen Tomac, double champion de France sur 50 m dos et 200 m 4 nages avec 2 minima

« C’est une belle soirée avec deux bons temps, donc je suis content. Je m’étais fixé comme objectif principal de battre le record de France de "Jéjé" (Jérémy Stravius) cette semaine et ne passe pas loin. Je n’ai pas spécialement travaillé le 4 nages, je me focalise vraiment sur le dos donc j’en fais même moins. Vu que je me suis pas mal amélioré sur tout ce qu’il y a à côté de l’entraînement, je pense que c’est pour cela que je suis en forme. Je fais plus attention que d’habitude, surtout sur le sommeil. Je me rendais compte que je dormais mal et pas assez et maintenant je fais attention et je dors mieux. Il y a de la frustration d’avoir été 4e des Mondiaux et je ne veux pas le faire une deuxième fois. C’est cool de faire le triplé. A chaque fois je me dis qu’il ne faut vraiment pas que je loupe une course et là je suis vraiment content. »

Photo : KMSP / Stéphane Kempinaire

 

  • Maxime Grousset, champion de France du 200 m nage libre ()

« C’est vraiment bien cette semaine. J’ai mis en place des choses préparées à l’entraînement avec Michel. Cela se goupille bien malgré la fatigue et ce qu’il faut retenir, c’est que j’ai gagné et que je suis content (rires). Ce que je fais pour me motiver, c’est que je veux faire le mieux possible et toutes ces petites choses qui vont faire la différence pour les Jeux. Je voulais six titres sur ces championnats, j’en veux toujours plus et c’est ça le jeu. Sur le deuxième 50 m, je veux en faire un digne des meilleurs mondiaux. Je pense que je suis pas loin de l’un de mes meilleurs. C’est de l’horlogerie très haute gamme (sourire). C’est très précis, les sensations, l’enjeu, chaque détail compte. »

Photo : KMSP / Stéphane Kempinaire

 

  • Charlotte Bonnet, championne de France du 100 m papillon et deuxième sur le 100 m 4 nages ()

« C’était des championnats plutôt bien, sinon peut-être une déception au niveau chronométrique sur la façon de faire du 200 m. Je fais des championnats très réussis et je me qualifie sur les courses sur lesquelles je voulais me qualifier. Je suis satisfaite de ce début de saison. Il faut voir maintenant sur du long terme et en grand bassin si la nouvelle méthode d’entraînement fonctionne, mais cela répond bien sur la nage, je suis vraiment bonne aussi sur la nage et pas qu’en coulée. »

Photo : KMSP / Stéphane Kempinaire

 

  • Logan Fontaine, champion de France du 1500 m nage libre (14’33"52) et qualifié pour les Euro d’Otopeni

« Il n’y avait pas de stratégie particulière. Je voulais tenir la tête de course, j’avais l’allure e tje savais que je pouvais terminer vite. J’avais réussi à le faire sur le 800 m sans me précipiter. J’ai posé ma nage. On est plusieurs à être inquiets, parce que moi aussi je l’étais après mon 400 m en début de semaine. J’avais l’allure, mais je n’avais pas le pep’s pour nage run gros 400 m. L’objectif est début décembre et la qualification en eau libre, donc je vais me concentrer là-dessus. L’année dernière, j’ai terminé la saison en étant très fatigué. On a eu qu’une petite coupure à Noël et très peu de temps, et ce qui a pêché à la fin de l’année, c’est que je n’avais pas pris le temps de souffler. Je vais essayer d’être plus attentif aux moments où ça ne va pas pour arriver le plus frais possible sur les grandes échéances. »

Photo : KMSP / Stéphane Kempinaire

 

  • Anastasiia Kirpichnikova, championne de France du 400 m nage libre

« Ce soir j’étais bien par rapport à hier où j’étais malade et je nageais avec quelques courbatures. Sur ce 400 m c’est bien car il y a de la concurrence et j’adore ça, nager avec des concurrentes. Le 400 m n’est pas ma discipline, mais j’aime bien nager car ce n’est pas un 800 m ou un 1500 m, c’est plus court (rires). J’ai déjà plus de vitesse et aux Euro, j’espère faire pareil qu’en 2021 : triple championne d’Europe. Ce sera dur, mais ce sera l’objectif. »

Photo : KMSP / Stéphane Kempinaire

 

  • Lucile Tessariol, vice-championne de France du 400 m nage libre et qualifiée aux Euro d’Otopeni

« Je me sens étonnement bien. Je suis fatiguée physiquement mais je suis très fière de moi et de ce que j’ai pu faire. Ce n’est que de la joie sur cette fin de compétition. J’ai beaucoup progressé sur ce 400 m, une nage que j’ai commencé en arrivant avec Philippe (Lucas), il y a à peine un an. Je m’y sens de mieux en mieux et je m’amuse sur des courses comme celle-là. Anastasiia est très forte, cela me pousse à dépasser mes limites et de me dire que je peux la suivre sur ce genre de courses, c’est sympa. J’ai un peu passé un cap parce que c’est la première fois que je me qualifie en individuel avec une équipe A. Cela fait plaisir ! On aura aussi le relais 4x200 m avec les filles à Doha, en février, donc on va faire tout ce que l’on peut pour le qualifier. »

Photo : KMSP / Stéphane Kempinaire

 

  • Pauline Mahieu, championne de France du 200 m dos () et minima pour les Euro d’Otopeni

« Je voulais sortir avec le sourire à la fin de la course après avoir tout donné. Ce ne sont pas du tout des temps que j’étais venue chercher, il faut être honnête, mais c’est ce que j’ai aujourd’hui. Il faut savoir accepter que le 100% du jour n’est pas celui de tous les jours. J’étais beaucoup mieux qu’hier. J’ai eu beaucoup de mal à gérer la pression et j’ai eu beaucoup de choses en tête que je n’ai pas réussi à gérer. Je suis venue chercher du plaisir, la qualification et le titre. »

Photo : KMSP / Stéphane Kempinaire

 

  • Emma Terebo, vice-championne de France du 200 m dos et qualifiée aux Euro d’Otopeni

« C’est du soulagement et de la fierté. Je suis vraiment contente d’avoir fait ce que j’ai fait aujourd’hui. Ce n’était pas gagné, c’était une semaine assez longue et même si j’ai amélioré mes temps sur 50 et 100 dos, c’était un peu décevant de ne pas se rapprocher des temps de qualification. J’ai toujours su que le 200 m était ma course, mais attendre le dernier moment pour se qualifier, c’est toujours dur. Améliorer mon temps comme ça, pfiou, je suis vraiment contente et soulagée. »

Photo : KMSP / Stéphane Kempinaire

 

  • Kacper Pastula, champion de France du 50 m brasse (26"70)

« C’est une belle manière de finir ces championnats qui ont été placés vachement tôt. Je ne m’attendais pas à nager aussi vite donc c’est de bon augure pour la saison. C’est beaucoup de travail, ne jamais lâcher et continuer à travailler, même quand les résultats ne suivent pas. L’année dernière, j’ai eu une saison très compliquée et là les entraînements commencent à payer. Les Jeux c’est vraiment l’objectif de la saison et c’est une belle manière de lancer cette saison. »

Photo : KMSP / Stéphane Kempinaire

 

A Angers, Louis Delvinquière

Le saviez-vous ?

Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)

À lire aussi

Partenaires Officiels